Hôpital Maisonneuve-Rosemont Université de Montréal

Le rejet

Lorsque le corps du receveur attaque le greffon

Le rejet est une complication rare de l’allogreffe. Cette complication se traduit par la capacité des cellules immunitaires du receveur à reconnaître comme étrangères et à détruire les cellules du donneur (destruction du greffon). Il survient donc rarement lors de greffe allogénique myéloablative HLA identique où son incidence est estimée à moins de 5%.

Certaines maladies telles l’aplasie médullaire et l’hémoglobinurie paroxystique nocturne (PNH) sont associées à un risque accru de rejet. Ce risque découle d’une exposition importante aux produits sanguins en prégreffe (transfusions sanguines) et au développement d’anticorps anti-HLA.

D’autres facteurs de risques existent, tels la disparité du patrimoine génétique entre le donneur et le receveur (incompatibilité HLA), la manipulation du greffon (diminution des cellules T), l’infusion d’un petit greffon et le conditionnement non myéloablatif pour la greffe allogénique , pour lesquels le risque de rejet est plus élevé et peut atteindre 10%.