Hôpital Maisonneuve-Rosemont Université de Montréal

Sélection du type de greffon et de la provenance des cellules souches

Un nouveau protocole pour la sélection du type de greffon

Lors d’une greffe allogénique, le greffon de cellules souches peut être d’origine médullaire (prélèvement des cellules souches au sein de la moelle osseuse) ou sanguine (collecte des cellules souches dans le sang périphérique). Or, il a récemment été établi que l’origine du greffon pourrait avoir une incidence sur la récupération du patient après la greffe et sur les risques de rechute.

Les chercheurs ont en effet remarqué que les risques de développer une réaction du greffon contre l’hôte (GVH) chronique semblent être plus élevés lorsque le greffon est constitué de cellules souches provenant du sang périphérique alors que ce risque est moindre lors d’une greffe à partir d’un greffon de cellules souches de la moelle osseuse.

La GVH est une complication postgreffe pouvant avoir un impact majeur sur la qualité de vie et la survie du patient. Bien que parfois néfaste lorsque sévère, la réaction du greffon contre l’hôte est également intimement reliée à un aspect bénéfique de la greffe : la réaction du greffon contre la tumeur (GVL).

Il a ainsi été démontré que le risque de rechute est inférieur chez les patients ayant présenté une GVH comparativement à ceux n’en ayant pas développé. Il pourrait donc y avoir un avantage à recevoir des cellules souches d’origine sanguine lors d’un cancer du sang à haut risque de rechute. D’un autre côté, il pourrait être plus avantageux de recevoir des cellules souches issues de la moelle osseuse si le patient présente un risque de rechute négligeable ou chez le patient pour qui il n’y a aucun avantage à développer une réaction GVH.

Afin de déterminer le type de greffon de cellules souches à privilégier en fonction de la maladie du patient et de ses facteurs de risques, une étude pancanadienne est en cours. On compare donc l’efficacité des greffons de cellules souches médullaires à celles de greffons de cellules souches de sang périphérique. On évalue pour les deux types leur rapidité à générer les cellules sanguines, à induire la réaction du greffon contre l’hôte et à maintenir un contrôle tumoral.

L’équipe des médecins greffeurs d’HMR participe à cet important protocole de recherche clinique.