Hôpital Maisonneuve-Rosemont Université de Montréal

Toxicité du protocole de conditionnement

Des traitements qui guérissent, mais qui peuvent aussi être toxiques

On appelle « protocole de conditionnement » tous les traitements qui préparent le patient à recevoir la greffe.

Il s’agit de traitements de chimiothérapie et/ou de radiothérapie à forte intensité destinés à éliminer les cellules tumorales restantes ainsi que le système sanguin et immunitaire du patient. C’est ce qu’on appelle l’état d’aplasie. Pendant cette période et jusqu’à ce qu’il reconstruise ses systèmes sanguin et immunitaire à l’aide du greffon de CSH, le patient est dépendant des transfusions sanguines et vulnérable aux infections.

Ces traitements à forte intensité n’affaiblissement pas seulement le système immunitaire; ils peuvent aussi bouleverser les autres fonctions et organes du corps. Chaque candidat à la greffe devra donc subir avant celle-ci un important bilan de santé (bilan prégreffe) afin de vérifier la bonne santé de chacun des organes sollicités au moment de la greffe et d’éliminer des conditions pouvant contre-indiquer la greffe.

Complications rénales

Certains agents de chimiothérapie, les immunosuppresseurs et les antibiotiques utilisés pour prévenir ou traiter les complications infectieuses sont éliminés par les reins, ce qui les expose particulièrement aux complications. Dans certaines conditions, il est possible qu’ils ne suffisent pas à la tâche et que se développe une insuffisance rénale. On doit alors supporter le rein dans son travail et on peut parfois avoir recours à la dialyse afin d’éliminer les produits toxiques qui autrement s’accumuleraient dans le corps du patient.

Complications pulmonaires

Des complications pulmonaires peuvent survenir en raison de la forte pénétration des produits de la chimiothérapie ou de radiothérapie dans les tissus pulmonaires, ce qui peut conduire à un syndrome de détresse respiratoire aiguë. Ces complications se traduisent notamment par une insuffisance respiratoire nécessitant un soutien respiratoire temporaire (masque à oxygène ou respirateur mécanique) afin de permettre la cicatrisation des tissus endommagés. Des tests de fonction pulmonaire sont réalisés lors du bilan pré-greffe afin de vérifier l’état de santé des poumons. Le futur greffé doit impérativement cesser tout tabagisme afin de réduire les risques de complications.

Complications cardiaques

Les tissus cardiaques sont aussi très sensibles aux produits de la chimiothérapie, d’autant que les cellules cardiaques, lorsqu’elles sont endommagées, ne peuvent se régénérer. Un bilan cardiaque est donc réalisé avant la greffe afin de minimiser les risques de complications cardiaques.

Infertilité

Les cellules reproductrices étant très sensibles à la chimiothérapie, les possibilités de stérilité post greffe sont très importantes. Les patients devant être soumis à une chimiothérapie à fortes doses seront appelés à discuter avec leur médecin du maintien de leur fertilité par la conservation de sperme ou d’ovules.

Autres complications

D’autres complications peuvent survenir si le patient présente d’autres maladies, en plus de sa maladie hématologique. Le bilan pré-greffe devient alors essentiel pour déterminer tous les risques d’une chimiothérapie/radiothérapie à forte intensité.